Sélectionner une page

D’ARRACHE-PIED

L’amputation :  un mot ardent, brutal, provocateur d’une part, combatif de l’autre. Mot heurtant la sensibilité, évoquant des réalités finalement méconnues de presque tous.

A quelle situation de vie, à quelle forme de vie renvoie-t-il ? Comment les personnes amputées vivent-elles leur amputation ? N’est-ce qu’une épreuve ? ou plus encore ?

J’ai décidé de suivre, dès leur hospitalisation et dans la durée, des personnes amputées des membres inférieurs. J’étais en quête de réalité au sens de « concrétude » : que voulait dire « pratiquement » vivre avec une jambe en moins ?

Avec les photographies présentées dans ce recueil, mon souhait est de rendre perceptible le combat quotidien de ces femmes et de ces hommes amputés d’une partie d’eux-mêmes, ainsi que leur évolution et leur transformation dans cette perte.

J’ai réalisé ce travail à l’Hôpital Orthopédique du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois. J’ai choisi de suivre des parcours individuels, de la chirurgie à la rééducation, puis au retour à domicile. Ce temps long a été riche d’enseignements pour moi. J’ai bien entendu acquis des connaissances, mais c’est principalement l’histoire personnelle des individus rencontrés et photographiés qui m’a le plus apporté. Jour après jour, semaine après semaine c’est un combat « d’arrache-pied » qu’ils ont mené devant mon objectif.

J’ai également eu la chance d’enrichir cette expérience en rencontrant, en dehors de l’hôpital, une personne amputée qui a accepté de me laisser entrer dans son quotidien trois ans après son amputation.

L’amputation est un « non-sujet » dans notre société, on en parle peu et si on le fait, c’est surtout pour égrener quelques idées reçues. A mon sens, ce manque d’intérêt contribue à l’isolement et à la mécompréhension que peuvent ressentir certains amputés, les empêchant d’aller, au sens propre comme au figuré, de l’avant.

« D’arrache-pied » est un titre qui peut surprendre. Toutefois, c’est celui que les amputés rencontrés ont choisi et plébiscité tant pour sa puissance métaphorique, que pour son réalisme. J’espère qu’à travers mes images, vous comprendrez pourquoi, finalement, je l’ai également adoubé.

 

IMPRESSUM
Photographie: Laurianne Aeby
Graphisme: Aliénor Held
Imprimeur: Genoud Arts graphiques SA
Papier intérieur: Lessebo Smooth Bright, 150 gm2
Papier couverture: Black Core Board, 740 gm2
Reliure: Cousu au fil, reliure Suisse
Typographies: GT Sectra, GT Walsheim
Tirage: 1’000 exemplaires en français
REMERCIEMENTS
Les protagonistes; Maria, Colette, Lisa, Jorge, Katia, Nidhim
Aliénor Held pour le graphisme ainsi que son implication personnelle
Gilles Weber pour ses conseils et sa contribution pédagogique
Heidi Diaz, Jeanne Martel et Emmanuelle Mack pour leur soutien et la relecture
Professeur Olivier Borens pour son intérêt et son importante collaboration
Jessica Scheurer ainsi que l’équipe du Service d’appui multimédia du CHUV
DONATEURS
CHUV, Département de l’appareil locomoteur, Direction générale, Direction des soins
Pro Infirmis Vaud
SUVA, Clinique romande de réadaptation
Medacta International
Aldo Civitillo, Bottier orthopédiste
ASPI, Sssociation suisse des physiothérapeutes indépendants
Orthokern, orthopédie technique
Ortho-Reha Wallner SA

7 + 12 =